Forum officiel de la guilde roleplay Héritage de Perenolde - Kirin Tor EU


    Revanche n'est que mot doux.

    Partagez
    avatar
    Delvin Sulfurie
    Admin

    Messages : 572
    Date d'inscription : 18/06/2014
    Age : 22
    Localisation : Nouvelle-Powbury

    Revanche n'est que mot doux.

    Message par Delvin Sulfurie le Dim 27 Juil - 7:17

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    Thème à écouter : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    L'auberge du crocilisque Fringant, l'endroit était  bruyant, crasseux et semblait malodorant. Nul doute que la populace de Guet-Argent ne s'y aventurait que pour se nourrir : la taverne n'était que le seul endroit où la nourriture était distribuée pour les civils.

    Néanmoins le lieu se devait d'avoir été convivial autrefois, même si en ces jours elle paraissait glauque...Jusqu'à ce que les francs-tireurs du légendaire Scarlets vinrent pénétrer dans le bâtiment. Frappant de leurs bottes sur le plancher pour marquer leur passage plus que bruyant.

    Leurs silhouettes imposantes bloquaient le peu de lumière qui pénétrait dans la pièce, des clients étaient présents dans l'auberge, principalement assieds tandis qu'un homme se tenait au comptoir. Il était vêtu d'une armure sombre et de deux lames éventreuses, une tête commune ici : il faisait partit des forces d'auxiliaires de la maison Sulfurie.

    Cet homme était Strate Ducollet, fils d'un autre héros du Syndicat, bien que déchu de son héritage. L'homme avait une tignasse noire mal coiffée qu'il plaçait généralement de côté, tranchée à l'épée. Sa peau était pâle comme la neige d'Alterac tandis que ses mains étaient meurtries par l'effort de guerre permanent du Syndicat.

    Le tenancier fit signe à Strate quand les hommes aux armures d'élites s'approchèrent de l'altéran.

    -Des ennuis en perspective, rétorqua le tenancier en tournant la tête vers sa droite pour observer les deux hommes.

    -Pas obligatoirement. Répondit Strate tandis qu'il salua les deux hommes d'un geste de la main. Mes frères d'Alterac, venez donc vous encanailler avec moi, je me sens foutreusement seul dans ce rade digne d'un bordel de Cabestan ! Cette pisse d'âne n'est pas la meilleure mais elle a son effet et elle n'est pas chère, croyez-moi !

    -Tenancier Albert, une tournée pour nous trois. L'homme frappa le dos de Strate si fort qu'il faillit se jeter sur le comptoir en gobant son verre. Je ne m'attendais pas à te rencontrer ici mais il semblerait qu'on m'envoi te parler, toi, fils Ducollet.

    -J'ai connu endroit plus sordide, mais crois-moi Guet-Argent est à mon gout ! Strate réponda d'un air calomnieux tandis que l'homme, vraisemblablement au nom d'Albert apporta les commandes.

    -C'est possible, admit le franc-tireur. Mais pourquoi n'es-tu pas déjà dans le nord, là où tu devrais te battre?

    -Les montagnes d'Alterac sont quelques peu frisquètes...Et les yétis rôdent !

    -C'est étrange, on dirait que tu préferes les zones moins peuplées, là où il y a le plus de risques...Tu as donc traversé la frontière réprouvé dans l'unique but d'aider Scarlets Sulfurie? Répondit sèchement l'homme qui restait jusqu'alors silencieux, faisant craquer ses doigts en fixant Strate.

    -Sincèrement, ce n'est pas le danger qui m'anime mais bien la cause...Et celle d'Alterac est la meilleure...Et l'unique ! Déclara l'éclaireur Ducollet, levant son verre même si celui-ci resta seul à boire.

    -Ah tiens donc, la Cause. S'exclama le franc-tireur, d'un ton provocateur, observant Strate puis son compère de nombreuses fois. Tiens, c'est marrant... On a pourtant plusieurs personnes qui affirment que tu as été envoyé sous les ordres d'Alderias le traitre, dans l'unique but d'en finir avec le capitaine.

    -Je ne l'ai jamais vu, il ne fait pas partis de mes amis, tout comme ceux qui habitent Powbury. Rétorqua le suspect en posant ses lèvres sur son verre, à nouveau.

    -Ah vraiment? Moi on m'a rapporté que tu as eu une conversation avec un autre homme, vous aviez des paroles comme "Il doit tomber." "Il n'a plus de légitimité ici." "Cette religion n'est qu'une duperie grossière." Hurla le franc-tireur.

    -Sans parler des pots-de-vin qui ont étés distribuées vers ta personne. Ajouta l'autre homme, plus serein mais d'autant plus hostile.

    Le visage balafré de Strate était pétrifié, comme figé. Les veines de ses bras étaient immenses tandis que le sang lui montait peu à peu à la tête, serrant son verre au risque de l'écraser dans sa paume.

    -Mais si tu dis ne jamais avoir eu telle conversation alors... Je suppose donc que ces personnes ont dû se tromper, dit le tireur de Guet-Argent qui venait de rabaisser son ton.

    -De toute évidence, je n'oserais sûrement pas. Bafoua Strate en fixant l'homme dans les yeux avec un semblant d'air sincère et de pitié. Il te faut de meilleurs informateurs.

    Strate retourna à son verre, le porta à sa bouche pour constater que celui-ci était vide, fixant un point invisible en face de lui, tétanisé.

    -Effectivement, je vais en prendre note. Concéda l'homme à sa gauche, d'un ton conciliant. Car il est évident que tu ne répandrais de tels ragots à l'égard de Scarlets et ses hommes.

    -Je suis ravi de voir que la raison t'ai emportée, merci pour la tournée d'ailleurs... Puis-je offrir la suivante? Émit Strate.

    -Non, nous ne faisions que passer. Répliqua le franc-tireur. Avec un peu de chance nous mettrons la main sur ceux qui ont osés cracher de tels obscénités...Puisque malheureusement pour nous, ils ne sont pas ici.

    Les deux hommes s'approchèrent de la sortie tandis que l'un d'eux, le plus bruyant, s'exclama : Profite bien de ta boisson, Ducollet.

    Strate était pâle, son verre en mains et dans ses pensées, il souffla un grand coup et leva son regard vers le comptoir. Quand soudain il s'aperçut qu'Albert le tenancier n'était plus présent...Tout comme les autres clients du bar.

    -Oh...Oh non...Sainte Lumière, venez moi en aide... par pitié ! Strate s'écroula au sol tandis qu'un fragment de seconde plus tard un souffle de feu balaya la taverne, calcinant le corps de l'éclaireur dans une symphonie de cris d'horreur.

    Plus tard, on cloua le corps noir et fumant de Strate Ducollet aux portes de la ville, sa tête tranchée était clouée dans les mains du défunt avec un panneau pendu à ses jambes : "Parjure, passe ton chemin ou rejoins moi."

      La date/heure actuelle est Mar 25 Sep - 20:50