Forum officiel de la guilde roleplay Héritage de Perenolde - Kirin Tor EU


    Journal de Barn

    Partagez
    avatar
    Barn Darron

    Messages : 8
    Date d'inscription : 20/12/2016

    Journal de Barn

    Message par Barn Darron le Ven 23 Déc - 3:12

    23/12/36


    Je baise l'Alliance, je baise cette fiotte d'Anduin, et je baise cette insigne d'Auxillaire. Cet enculé de Delvin, voilà c'est à cause de qui que nous en sommes là. A faire les putes pour l'Alliance, à faire leur besogne de mes deux.
    Karl nous à ordonné au soir du 22 d'aller faire le ménage dans un village de la Forêt d'Elwynn, à Tjust. Il y avait un soucis de bandits, et il fallait le régler. Ça caillait dur, j'avais froid et faim. Karl a donné ses ordres. Il a désigne le Doc', Etham, Grégor, Manfred et moi pour régler le problème "sans bain de sang" et si il y avait de la résistance "Vous gérez". J'avais déjà cette mauvaise impression que ça puait la merde, comme un échange qui se passe mal ou une attaque d'avant-poste Fourdrepique.
    On est parti, c'était un petit village tranquille à première vu, pas un chat, cinq ou six maisons se battaient en duel, dont une auberge. A peine sommes nous rentré qu'un gros porc en armure aux vagues air de vétéran nous a intercepté, nous demandant ce qu'on venait foutre ici. On a demandé l'auberge, et nous y a mené, et nous a dis de laisser nos armes à l'entrée. Ce qu'on a fait.
    On est rentré à quatre, étrangement, Etham est rentré après nous, avec ses armes et a caché son insigne d’auxiliaire, il n'a pas été remarqué.
    Nous c'était une autre histoire, l'auberge était pas mal, elle était rempli de quatre connards armés, deux paysans, et on était l'attraction du soir.
    L'aubergiste, une femme à la trentaine, bonne paysanne et pas mal au niveau du fessier est venu prendre notre commande, jusqu'à qu'un type du nom du "Miseur", homme du milieu et parsemé de richesse est venu nous voir.
    Il est venu nous prendre la tête aux autres et à moi, il voulait savoir d'où on venait, il était pas serein, il nous à même proposé de creuser notre propre tombe pour cinq pièces d'or qu'il a posé sur la table.
    Et puis, à partir de là, c'est parti en couille. Etham à mis un chassé dans un milicien qui surveillait, il a sauté par la fenêtre, il s'est battu dehors, il est rerentré par la fenêtre, du n'importe quoi. Nous, nous n'avions pas d'armes, comme des connards et on se faisait menacé pour qu'on reste à nos places. Et Etham se prend un coup de pommeau qui le fait tomber, sonné.
    Pas une, pas deux, on saute sur la première occasion pour sauter sur le Miseur, je lui bloque le bras sur la table pendant que Grégor prend son épée. On menace de le tuer si ils reculent pas, c'est un bazar pas possible. Ils nous écoutent, on prend le contrôle de l'auberge, le Doc' part recupérer Etham au sol et le met sur pied. On s'arme comme on peux, avec la pistole du Miseur, et le fusil de l'auberge, on prend aussi la lame du milicien tombé. J'avais les jetons, je savais que ça puait la merde.
    Ce connard de Miseur nous fait comprendre qu'il est le patron ici, mais il en fallait plus pour faire chier dans leur froc des anciens gars de Powbury. J'ai attrapé une bûche du feu, et je l'ai approché de son visage pour qu'il me dise tout, il a tout craché : la planque de son argent, combien ils étaient, et s'est même pissé dessus.
    Avec le fusil, je fais fuir les miliciens qui entourent l'auberge. Pendant ce temps, Etham essaye d'en apprendre plus sur la situation du village avec l'aubergiste, on comprend vite que c'est bien lui le patron ici. On tente une sortie un peu plus tard à l'entrée de l'auberge. Manfred casse la pistole avant de tirer sur les milciens planqués et moi je casse la détente du fusil de chasse. Un combat s'en suit, trois contre trois. J'en crève un, je prend un coup aux côtes, je tombe. Le Doc' me réveille plus tard, ça va mieux, je suis content de pas crever, je lui file ma part du butin, la pièce d'or qui me revenait, celle de la bourse du Miseur.
    Les trois miliciens sont mort, c'est pas bon pour la suite, c'étaient pas des bandits ceux là. On comprend en sortant que les autres miliciens et le gros porc se sont enfuis du village appeler du renfort chez les hameaux voisin.
    On se décide d'aller prendre le butin du Miseur chez lui. On y va, et on retrouve deux de ses hommes de main. On les crève rapidement, des petites frappes. On défonce le plancher, on trouve le coffre avec trois cent pièces de cuivre. On remet ce salopard à la question, il n'était pas si pauvre. Il nous donne son autre cachette, dans la cheminée, il est à bout mentalement.
    Je me sentais bien mal, le coup de lame était rude, et cet enculé d'homme de main m'a ouvert le bras. Le Doc' me remet sur pied. On trouve un coffret avec des pierreries, que du bénéfice pour le moment, on partage après.
    On se décide d'aller prévenir les habitants qui restent que le village est sous notre contrôle, mais ils se sont tous tirés, seul une petite fille est resté dans une maison, sa mère l'a caché avant de partir. Je m'occupe d'elle, je la rassure, je lui dis que je reviendrais la voir après et je la cache de nouveau.
    Le Miseur est en fait un Défias, et fait tourner le village, et Michel, le gros porc qui nous accueilli est aussi un Défias. Ca fait deux têtes sur quatre. Michel revient avec des renforts, des paysans a qui il a retourné la tête pour nous attaquer. On use de la nuit noire pour les prendre en embuscade, on neutralise le mage qui était venu avec lui, et lui dans la foulée, l'acide du Doc' l'a mis mal. Les paysans se font gérés par Etham qui les assommes presque tous.
    Je vais chercher l'aubergiste pour qu'elle nous montre qui est un bandit et qui ne l'est pas, la pauvre Samantha, elle avait peur, et elle se cramponnait à mon bras comme si j'étais la seule protection à ses yeux. Elle nous confirme que Michel est dans le coup et qu'elle s'est faîte violé par lui. Je vais ensuite trouver la petite fille qui a été laissé.
    Dans sa maison, Samantha me chauffe un peu, me fait comprendre qu'elle aimerait bien me voir seul avec elle dans son lit. J'avais un doute, peut être qu'elle me crèverait alors que je bande encore dans les draps, mais c'était un bon moyen de savoir que c'était une Défias.
    Je vais changer de place la petite pour une maison plus sécurisée, elle me prenait pour son papa, je lui conte des histoire pour qu'elle s'endorme et je vais voir les gars pour les prévenir.
    Etham sera pas loin, si je l'appel pendant la besogne. Je rejoins Samantha, on s'amuse, elle a en effet un tatouage Défias dans le dos. Mais je sens qu'elle n'est pas une connasse. Je lui dis que je vais la couvrir, que tout le monde à droit à une seconde chance, et après, je suis retourné voir les gars pour leur dire que tout allait bien. Je l'aime bien, même si elle a le feu au cul.
    On apprend avec les paysans et Michel que le quatrième, c'est l'ancien bras droit du Miseur, mais qu'il est mort, il s'est fait tué par lui, et c'est un Worg qui l'a bouffé dans la forêt derrière le village.
    On se décide à y aller, c'est une idée très conne, mais j'ai pas envie de me faire gueuler par Karl, Etham se défile, il rentre à l'auberge. On traque donc un Worg dans la nuit, dans une forêt. Manfred le traque, on trouve un cadavre sur la route, et la bête nous attaque dans le dos. Elle a failli me bouffer, elle m'a ouverte la jambe et déboîté l'épaule, c'est grâce à mon armure que je suis en vie. On la crève et on remonte à sa tanière trouver ce qu'il reste du cadavre du bras droit. On a son buste avec le tatouage, et je trouve une potion de soins.
    On rentre au village, tout s'passe bien, et Karl arrive le lendemain. Il trouve qu'il a eu trop de morts, mais le travail a été fait. Les paysans nous filent une quarantaine de pièces d'argent pour le Worg, "Groupile" qu'ils l'appelaient. Connard de paysans.
    En tout cas, je sais que je pourrais venir vivre ici par la suite, Samantha m'en doit une grande, les autres l'auraient crever, sans vergogne.

    Il parait que maintenant on se dirige vers Hurlevent, on verra bien ce qu'on y branle.
    avatar
    Barn Darron

    Messages : 8
    Date d'inscription : 20/12/2016

    Re: Journal de Barn

    Message par Barn Darron le Jeu 5 Jan - 13:31

    27/12/36

    On arrive enfin à Hurlevent, c'est immense. Pas le temps de faire le tour de la cité, on a trouvé une auberge abordable dans le quartier nain le temps de rester ici. Une semaine au plus dit Karl. Faut trouver du boulot ici.
    On s'en jette une avec les gars et au pieu, on verra demain ce que cette ville peut offrir.

    28/12/36

    Cette ville est étrange, on croise des races différentes de partout. Des elfes, des nains, des hommes-ours et même des satyres bleu. C'est donc ça l'Alliance d'aujourd'hui ? Je regrette le temps avant le Fléau, comme tout le monde. J'ai pu faire le tour de deux trois commerces sympathique. Ils ont tout ici, des bons forgerons, des alchimistes, et des armuriers. J'ai même pas fait le tour entier du quartier nain.
    29/12/36

    La population ici vient d'un peu partout, j'ai vu des expatriés du nord comme nous, des sodomites de Stromgardiens, des fiottes de Kul'Tiras et des lâches de Lordaeron, et que dire des réfugiés Gilnéens qui pullulent ici comme les rats, à croire qu'ils forniquent entre eux dans chaque coins sombre pour se multiplier comme ça. Il n'y a pas à dire, ils sont fier d'afficher leur sombre malédiction. Race de chiens galeux.
    Au moins, j'ai pu commencer à aller batifoler, j'ai repéré quelques gourgandines qui ne demande que ça. Tu veux de l'Altéran, en voilà. Manfred est tout le temps bourré, j'ai pas vu Grégor et Etham de la journée, et Karl passe aussi son temps à picoler depuis hier. Aucune trace de William, peut être dans une boutique d'alchimie.
    30/12/36

    Sale race, l'Hurleventois est un cafard vil et fourbe. Ca faisait bien longtemps qu'on m'avait pas pointé un canon de pistole sur le crâne. Alors que j'étais sur le point d'enfiler une rousse ma foi pas mal du tout, son mari est rentré à la maison. Pas le temps de fuir, il m'a braqué, il m'a menacé mais j'ai négocié ma peau. Aprés tout ce n'est que des doigts, elle a pas pris son coup. J'ai finalement été sauvé par la garde, mais de peu. On a cherché ce salaud ensuite avec les camarades, mais il s'est tiré de la ville. Des cafards je vous dis.
    02/01/37

    Je me suis trouvé une petite fille des îles, pas mal du tout. Un de mes meilleurs coups depuis dix ans. Je me sens frais, et j'ai presque même envie d'arrêter toute ces conneries de banditisme et d'histoire de maraudeurs. Karl est torché, il dit qu'on part pour bientôt mais quand ? Bien qu'on tire son coup facilement ici, je me lasse d'ici et on commence à se faire remarquer, ce n'est pas bon.
    04/01/37

    C'est la merde, il faut qu'on se tire d'ici. On a tabasser un officier pour le voler et nos têtes sont connus maintenant. Karl nous a doublé, et avec la boule de cristal que j'ai récupérer, j'ai vu l'avenir, je sais ce qu'il nous attend. J'ai mis au courant certains gars, va falloir s'organiser. Mais pour l'instant, on plie bagage et fissa.

      La date/heure actuelle est Lun 19 Nov - 12:18