Forum officiel de la guilde roleplay Héritage de Perenolde - Kirin Tor EU


    Le fruit de la guerre

    Partagez
    avatar
    Delvin Sulfurie
    Admin

    Messages : 570
    Date d'inscription : 18/06/2014
    Age : 21
    Localisation : Nouvelle-Powbury

    Le fruit de la guerre

    Message par Delvin Sulfurie le Dim 21 Fév - 15:30

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    Musique:
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    Delvin se tenait assied dans ce grand fauteuil qui avait autrefois servit à Scarlets mais aussi au glorieux Losare Sulfurie et à l'homme en face de lui, Svend le Saigneur.

    Il se trouvait enchainé, à la merci de l'aristocrate et de son assemblée de guerriers qui ne cherchait rien d'autre qu'un mouvement de tête pour accomplir la volonté de leur seigneur et s'approprier tous les mérites de cet acte barbare.


    Il jubilait en pensant aux nombreuses manières où il mettrait fin à sa vie, oubliant même par moment qu'il se trouvait seul dans cette gigantesque salle de pierre, aussi silencieuse qu'une abbaye mais pourtant aussi peuplée qu'un bordel altéran.

    Il se releva finalement en balayant du regard tout cet amas d'hommes désireux et rompa ce silence d'un geste de la main qui fit littéralement exploser la pièce de cris. 
    Svend fut balancé aux pieds de Delvin comme un agneau qu'on livre à un lion.

    L'ancien Baron dépossédé n'était vêtu que d'un vêtement de lin et ses seuls bijoux étaient des bracelets d'acier qui lui rappelait ironiquement sa situation avec l'homme face à lui, quelques mois plus tôt.


    "J'annule tous tes titres et je te fais prisonnier, en gage de bonté à l'égard de ceux qui pourtant n'en mérité aucune." 

    Svend releva tout de suite la tête comme un chien à qui on tend un os, sa mine renfrognée s'éclaira et il n'eut pas le temps de répondre que l'aristocrate reprit déjà.


    "...A la seule condition que tu acceptes la mienne en tant que Baron. Tu seras libre de mouvement au sein du Fort Trondlak."

    Svend soupira puis pris une profonde respiration pour avoir la force de répondre.


    "Je ne peux qu'accepter cette offre généreuse, Baron." 

    Ces mots, aussi difficilement prononcés, firent à nouveau s'écrier la foule derrière le prisonnier. On scanda alors le nom de Delvin sous ses multiples titres et on cria aux pires pêchés de Svend.



    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    Rose s'approchait tout juste du fort, aussi sa courtisane lui conseilla d'ôter son armure de plaques au profit d'un vêtement plus désirable aux yeux d'un homme rongé par la haine et l'argent.

    Son escorte était plutôt visible et pourtant elle n'était rien face à l'énorme troupe d'hommes qui s'étalait en bas du balcon du fort Trondlak. Ainsi, ce fut sous un tonnerre d'applaudissement qu'arriva la jeune femme jusqu'au fief qui lui appartiendrait.

    Sur les remparts, on vît de magnifiques étendards aux couleurs de la maison Sulfurie, Sigdale, Tyriane et Sandan. 

    Elle ne put qu'être prise de joie à la vue de tant d'hommes réunis et appartenant au Syndicat qui, pour la première de sa vie, n'étaient pas là pour se battre mais bien pour célébrer un évènement qui marquerait à coup sûr d'une pierre blanche Hautebrande sud.

    On fit lever la herse en son honneur et elle découvrit un donjon richement décoré alors que deux mois auparavant, ce n'était qu'une ruine qui n'était exploité que par une horde de pillards.

    Enfin, quand elle montait le dernier étage qui séparait son futur et son présent, elle vît la rencontre de son ancien ennemi qui, d'un geste de la main amicale, devînt son nouvel allié. Jeoffrey Sandan l'escorta jusque dans la grande salle où tronait une troupe d'hommes fidèle à Delvin Sulfurie.

    Il lui sourit et l'accueillit d'un baise-main courtois avant de la conduire en privé au fond de cette salle qui redevint bruyante de questions au sujet de la nouvelle venue.


    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    Le fracas des bottes qui martelaient le bois du petit escalier serpentueux des geôles réveilla Leizen. Ils étaient deux et il n'en reconnaissait aucun, de jeunes guerriers qui avaient été promu au titre d'écorcheur par leur maître. 

    Il fut trainé dans les couloirs comme un porc qu'on s'apprête à vider. Sa mine désespérée avait pris le dessus sur sa joie de vivre permanente. Plusieurs hommes furent sur le chemin qui menait jusqu'au sommet de Trondlak.

    François Latrophen d'abord, il le regarda d'un air désolé et tenta de s'approcher avant d'être repoussé par un garde qui le tenait menotté de sa main droite. Puis ce fut au tour de Darian, bâtard de Lasard Sulfurie, de le fixer de ses grands yeux inquisiteurs.

    L'homme qui prévoyait chaque instant de sa vie future ne voyait désormais plus que le fil de son destin qui s'effilait à chaque mètre qu'on le trainait sur le sol crasseux et glissant de la bière servie aux victorieux rebelles.

    Son regard se hissa enfin sur Delvin Sulfurie quand on l'expédia à ses pieds. Aucun réconfort ne fut à sa portée car partout où il déposait son regard attristé, il ne voyait que des adversaires. Rose Sigdale. Merald Braldim. Svend le Saigneur. Tous ces noms résonnaient comme des coups de marteau dans sa tête.

    "Tu seras jugé pour trahison, corruption, manipulation, meurtre, et espionnage." 

    D'un geste de main, le seigneur des lieux fit renvoyer l'accusé par les deux soldats qui le trainèrent jusqu'ici tandis que l'assemblée hurla à nouveau de joie, de la manière la plus hypocrite qu'il soit.


    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    Karl traversait les bois avec son impressionnante troupe de guerre, aussi on crut à une attaque quand un tel défilé de soldats ralliés au Syndicat fit éruption devant Trondlak. 

    Mais au lieu d'assiéger le fort, ils s'installèrent au devant en profitant agréablement des plaisirs apportés par leurs hôtes. Les seigneurs Valdery passèrent les portes et constatèrent avec un haut-le-coeur l'immense rassemblement de guerriers.

    Bien que d'abord impressionnés, ils rejoignirent à toute hâte le donjon, pressé de découvrir ce qui leur avait été promis par le victorieux rebelle, Delvin Sulfurie.

    Le patriarche Valdery n'était pas présent aux côtés de ses fils, ce fut l'ainé : Karl, qui commandait le rôle politique de sa famille au cours de cet enjeu crucial. L'espace d'un instant, il se souvint de l'évènement tragique que fut Ascal et pria en silence qu'il n'en serait pas à nouveau ainsi pour ce haut-lieu du Syndicat.

    Plusieurs têtes lui étaient familières, d'abord celle de Raiven Willardsey qui était accrochée à une pique sur le donjon, mais aussi celle d'Edwin Tyriane qui malgré son allure décontracté dans ses vêtements de bonne augure n'en était pas moins un prisonnier de guerre, en témoignait les hommes d'armes Sulfurie qui l'accompagnait partout où il décidait de poser le pas.

    Enfin, quand on lui ouvrit les portes de la dernière salle du chateau, il découvrit le maître des lieux qui trônait légèrement en hauteur avec la femme qu'il rêvait intimement de tuer, Rose Sigdale. A leur côté se trouvait Svend, enchainé et mit de côté comme un chien et Jeoffrey Sandan, dont le nom avait particulièrement été mis en avant ces derniers temps.

    Il s'avança avec le seigneur Tyriane à quelques pas du Sulfurie et, d'un geste respectueux le salua. Le brouhaha de la salle interrompa et Delvin prit la parole en se relevant. 

    "Mes salutations et mon respect à vous, barons du Syndicat." Il fit un geste de la main pour désigner les concernés et reprit. "Sulfurie, Sigdale, Valdery, Tyriane et même le puissant Jeoffrey Sandan sont réunis ici à la gloire du Syndicat." 

    Il prit une profonde respiration et sourit finement en jetant un coup d'oeil à Rose, comme s'il était éprit d'un quelconque désir pour lui, elle n'en répondit que par le même sourire trompeur. 


    "Les guerres ont forgées nos territoires et à l'avenir, si nous ne faisons rien, elles le détruiront au profit de l'envahisseur réprouvé. Ascal nous a prouvé que nous étions tous faibles face à la puissance réprouvée et je ne doute pas un seul instant que nous tous ici présent avons perdu un proche qui se bat maintenant dans les rangs de Sylvanas !" Il fit tressaillir l'assemblée de son regard profond aux iris violettes et Karl ne répondit que d'un hochement de tête.

    "En ce jour, j'ai remporté une victoire écrasante sur mon ancien ennemi..." Il observa Svend qui le regardait de la même manière d'un homme à qui on sauvait la vie. 
    "...Mais là où je devrais sanctionner, je pardonne."

    Karl l'observa du fond des yeux et fronçant légèrement les sourcils tandis que ses frères, derrière lui, se chuchotaient diverses inquiétudes. 

    "Moi et ma femme, Rose Sigdale, sommes désormais le couple de propriétaires le plus puissant du Syndicat dans notre secteur. Et cela fait maintenant plusieurs années que le Syndicat n'a pas renvoyé de renforts dans notre région, aussi j'ai perdu foi en l'aide patriotique qui nous ai dû."

    Les regards s'interrogèrent subitement. Ce fut le cas de Larry Fevril qui fixait Sandan par inadvertance mais qui fut rappelé à la raison quand celui-ci se tourna dans sa direction. 

    "Nous devons agir de nous même alors que nos ennemis, les réprouvés de Sylvanas, gagnent en puissance. Nous ne pouvons plus nous permettre de nous diviser et c'est en cet honneur que je revendique bien plus que le titre de Baron de Powbury."

    Les sourires des uns s'effacèrent tandis que les autres furent presque frustrés de ne pouvoir hurler à la gloire du Sulfurie. Une soudaine pointe au coeur vint frapper Edwin qui déposa main ridée sur son plastron, fixant le plancher d'un air abattu.

    "Je ne veux pas combattre ceux qui sont mes alliés mais je suis désormais l'homme le plus puissant et qui dispose du plus grand fond d'hommes et d'or. Soyez mes sujets et je promet de faire reculer les réprouvés. Nommez moi comte d'Ascal, en mémoire de cet évènement tragique, et je serai généreux en temps voulu."

    Karl resta sur place en fixant Delvin, il pensait être dans un mauvais rêve et que, d'un coup, il serait brutalement réveillé par la réalité. Mais c'était vrai, Delvin le Noir aspirait vraiment à devenir comte. 

    Tyriane s'abaissa et mit un genou au sol tandis que sa main droite restait sur sa poitrine. La tête basse en signe de respect envers celui qui l'avait vaincu et qui maintenant l'obligeait à devenir son vassal.

    Le jeune Valdery n'eut pas les mots, il sentit sa gorge s'asséchée et l'air ambiant s'échauffé. Il fixait toujours Delvin puis ferma les yeux d'un geste presque désinvolte.

    Ses deux genoux tombèrent au sol et il n'osa regarder Delvin, comme s'il était vaincu avant même d'avoir combattu. Pour la première fois, il venait de subir une lourde défaite dont le tribu était plus qu'élevé car cette fois, c'était leur indépendance qu'il venait de jouer.

    Delvin Sulfurie leva les deux mains en l'air en signe de gratitude et les deux hommes se relevèrent. "Je promet de repousser les réprouvés. Et si jamais j'échoue, par toutes les croyances auxquelles vous êtes liés, détrônez moi."

    Il tourna les talons immédiatement et Jeoffrey Sandan lui ouvrit la porte du balcon de Trondlak, comme si l'action était prévue.

    Une gigantesque foule de soldats se tenait dans la cour jusqu'en dehors dans les forêts. Le Sulfurie vît les grands drapeaux des familles nobles alteranes flôtées au gré du vent et il ne put qu'être ému à la vue de tant d'hommes qui se tournèrent vers lui, tous servant le Syndicat.

    Merald lui tendît le fourreau de son arme et il dégaina d'un geste aussi remarquable qu'esthétique pour tendre son épée enflammée vers le ciel. "Nous repousserons les réprouvés !" A cela s'ajouta les cris des hommes en contrebas avec pour tableau les puissants barons aux côtés du nouveau comte d'Ascal. 


    _________________
    "L'amour est une faiblesse." - Devise Sulfurie

      La date/heure actuelle est Ven 20 Juil - 14:16