Forum officiel de la guilde roleplay Héritage de Perenolde - Kirin Tor EU


    Noir de coeur

    Partagez
    avatar
    Delvin Sulfurie
    Admin

    Messages : 570
    Date d'inscription : 18/06/2014
    Age : 21
    Localisation : Nouvelle-Powbury

    Noir de coeur

    Message par Delvin Sulfurie le Dim 17 Jan - 16:45



    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


    Au fort Trondlak, l'activité battait son plein comme chaque début de semaine. La routine quotidienne était rythmée par les hurlements militaires et les marteaux qui martelaient les enclumes et les échafauds.

    Mais en ce début de semaine un peu particulier, un petit convoi revînt au fort, chargé d'un impressionnant coffre de métal d'au moins 400 livres.

    Les deux hommes et le cheval qui le poussait étaient exténués par la tâche, si bien que leur équipement habituel était attelé à un autre homme, plus fin et plus jeune dont l'appartenance au Syndicat était bafouée par un masque de tissu orange et des chaines aux mains.

    Près du gracieux cheval en infortune, un homme à la chevelure grise et aux yeux violets. Nommé par de nombreux titres, il ne semblait pas en détenir un seul dans ce tableau : il portait une petite fille d'à peine 12 ans, enchainée mais épuisée, et dont les vêtements déchirés laissaient pressentir un passé horrible.

    L'accueil fut en grande pompe, on stoppa le travail pour aider le jeune seigneur grisonnant à faire entrer le grand coffre au devant de son donjon et bien qu'un grand monde voulu l'ouvrir, aucun ne fut convié à apercevoir son contenu. Pas même les hommes qui l'accompagnait, ils suivirent dans un divin silence la marche de Delvin Sulfurie dans son donjon.



    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    On établissait à peine le camp pour la nuit, le mot d'ordre était la discrétion car en ces lieux, ils n'étaient pas les bienvenus.

    La nuit froide et le manque d'eau potable leur rappelait qu'ils n'étaient ici que des indésirables et que leur cause s'épuiserait si leur chef ne trouvait pas au plus vite une solution à cette succession de malheurs.

    Jeoffrey se penchait sur la rivière, la pleine lune lui offrait son reflet dans l'eau satinée. Il était balafré du menton à la jugulaire, un homme avait revendiqué son poste et un bain de sang avait eu lieu quelques semaines auparavant.

    Sa chevelure noire se baladait au gré du vent, ses yeux faits de ténèbres si profonds fixaient l'image de ce qu'il était devenu. Lui-même ne savait pas vraiment ce qu'il était maintenant, aussi il serra sa tête dans ses mains comme si son crâne allait exploser.

    Un de ses hommes vînt le réveiller de son malheur à toute hâte, armé d'une hache d'arme et d'un masque troué. "Ils n'acceptent aucune condition et les éclaireurs des Terres Mornes ne sont pas revenus."

    Sandan avala sa salive et tremblait, pensif. Il ne répondit que d'un geste pour renvoyer l'homme qui lui avait porté ces nouvelles.

    Partout où son regard se posait, la mort déposait sa main sur ses frères. D'abord ce fut l'épuisement, puis la maladie et maintenant c'était la famine. Les prétendants au poste se multipliaient, aussi les exécutions ne faiblissaient pas. Au grand dam de Jeoffrey Sandan qui y perdait ses meilleurs hommes.



    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    Rose était blottie dans ses couvertures de laine, son corps fébrile était à nouveau malade, faute de pouvoir se réchauffer au feu de bois.Voilà maintenant une semaine que le siège de son territoire durait et ils n'étaient pas préparés.

    Le Syndicat n'était pas préparé à subir une attaque, aussi c'était la principale raison de leur hostilité quasi permanente. L'attaque est la meilleure des défenses, ses adversaires l'avaient sûrement compris.

    Désespérée, elle observait depuis sa fenêtre ses ennemis qui festoyaient à sa future mort et dans le même cas ses propres hommes se battre pour un crouton de pain. La pègre sévissait de plus en plus, défiant en plein jour le droit à régner de la famille Sigdale dont la dernière membre se trouvait être Rose, une femme.

    Aucune famille ne répondit à ses appels à l'aide et le seul remède que la jeune adulte trouva à son désespoir fut l'alcool et le mépris total de la justice qu'elle devait pourtant arbitrer.

    Puis, lors d'une matinée pluvieuse, un messager arriva dans le palais de Vive-Lumière chargé d'une lettre dont la provenance étonnerait même Sigfrid Latrophen.

    La belle Rose, emplît des mots calligraphiés de la lettre vit son coeur battre au même rythme qu'un tambour de guerre. Les larmes perlaient sur ses joues pâles mais nul homme de sa cour ne pu décrocher un mot sur le contenu de ce papier si précieux à ses yeux.


    _________________
    "L'amour est une faiblesse." - Devise Sulfurie

      La date/heure actuelle est Mar 24 Avr - 4:53