Forum officiel de la guilde roleplay Héritage de Perenolde - Kirin Tor EU


    François le maudit

    Partagez
    avatar
    Delvin Sulfurie
    Admin

    Messages : 570
    Date d'inscription : 18/06/2014
    Age : 21
    Localisation : Nouvelle-Powbury

    François le maudit

    Message par Delvin Sulfurie le Jeu 16 Juil - 1:04

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    Thème musical:


    Renié à deux reprises. L'échec était le destin de cette abominable créature que l'on nommait autrefois "François d'Alterac."

    Non reconnu dès sa naissance par son paternel, le bâtard dû grandir dans le mensonge et la fourberie de sa mère qui ne voyait en lui qu'une manière de briller à nouveau au pouvoir.

    Maltraité par ses camarades de guerre à cause de sa nature peureuse et de son corps fragile, l'homme dû se résoudre à enchainer les coups bas et pots-de-vin pour garder son statut noble, du moins ce qu'il en était.

    Évincé du maigre pouvoir dont il avait disposé lors de sa trahison spontanée. Tué par ses propres hommes, jeté au fond d'une ruine sur les terres réprouvées.
    Une mort que tout homme sait qu'elle n'aura nulle repos. Une mort que personne ne souhaite, même à son rival.

    Mais dans son malheur, il fut rappeler dans le monde des réalités quand les réprouvés trouvèrent son cadavre en pourriture. Il ne servait plus le drapeau orangé mais vouait une obéissance absolue à la Dame Noire, dans les terres d'Hautebrande.

    Sans réels sentiments, ce n'était plus le pouvoir qu'il recherchait mais la gloire de sa reine.

    Ainsi, il revint sur le lieu de sa mort avec une étrange saveur dans la bouche. Le gout du sang, cette euphorie qui se dégage quand on balaye la vie d'un corps...François la ressentait dans chacun des ses pas dans les Terres Mornes. Et pendant qu'une vaste campagne déchirait les Sulfurie et le pillard Svend le Saigneur, le maudit rôdait.

    Lui et ses hommes observaient les faits et gestes des larrons du Syndicat.
    Discrets comme des ombres, tapis dans la pénombre, ils se faufilaient parfois dans les camps de vauriens pour en égorger quelques uns et répandre la terreur dans toute une bande.

    Mais François n'était jamais satisfait, il n'avait pas de but précis. Ce n'était pas la haine qui l'animait, ce n'était qu'un simple désir d'abattre. Et quoi de mieux que de chasser sa proie quand celle-ci se défend contre une autre?

    Ca devenait un jeu, mais un jeu qui n'avait rien d'amusant. Un jeu auquel la non-mort est l'arbitre et dont ses joueurs doivent toujours servir d'avantage. Un jeu que l'on ne peut quitter qu'en ayant perdu une deuxième fois.


    _________________
    "L'amour est une faiblesse." - Devise Sulfurie

      La date/heure actuelle est Ven 20 Juil - 14:27