Forum officiel de la guilde roleplay Héritage de Perenolde - Kirin Tor EU


    L'héritage de toute une lignée (Partie 4)

    Partagez
    avatar
    Delvin Sulfurie
    Admin

    Messages : 570
    Date d'inscription : 18/06/2014
    Age : 21
    Localisation : Nouvelle-Powbury

    L'héritage de toute une lignée (Partie 4)

    Message par Delvin Sulfurie le Dim 7 Juin - 19:25

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    Thème musical:

    Quatre. C'est le nombre d'hommes qui se trouvaient actuellement dans les geôles de la tour de Guet-Argent.
    Près d'une semaine s'était écoulée entre la prise des Terres Mornes par la famille Sulfurie et le réformation de la Flamme Éternelle.

    Svend, anciennement nommé Le Saigneur, était au fond de la pièce, enchainé aux poignets et aux pieds. Sa mine morose semblait déteindre sur toute sa cellule. Il gardait les yeux fermés en permanence en se murmurant quelques mots, nul homme n'avait réussit à entraver ses pensées jusque là.

    Auguste Crest, il faisait les cent pas dans sa petite cellule grise que seule la torche du gardien endormit illuminait. Il implorait par moment la Flamme Éternelle et se jurait de tuer tous les Sulfurie encore en vie. Son gros ventre gargouillait tous les quart d'heure, cela faisait bien deux jours que les occupants des oubliettes n'avaient pas mangés un bout de pain.

    Delvin Djäkn, il tremblait au fond de sa cellule. Quand Auguste s'arrêtait et que Svend se taisait, on pouvait entendre le plus jeune larmoyer. Il n'avait pas touché à sa nourriture pendant plusieurs jours, mais son état critique le résolu à se nourrir, il en arriva même au stade de ronger sa chope de bois.

    Leizen Ryne, qui restait l'homme le plus serein et confiant de ces geôles. Il se tenait devant les barreaux en comptant méthodiquement chaque minute qui passait. A chacun de ses réveils, il questionnait l'un des trois autres hommes pour connaitre l'heure exacte jusqu'à un certain soir, à deux heures du matin, quand la torche du gardien s'éteint, Leizen se confia :

    "Pourquoi êtes-vous là?" Murmura Leizen.

    Les autres se relevèrent, ne voyant pas leur interlocuteur. Aucun ne répondit, peut-être n'avaient-ils pas entendu?

    "Je reformule, qu'avez-vous fait pour être ici, ce soir, en ma compagnie?"

    Auguste s'arrêta, se posant contre le mur de sa cellule, celui le plus de celle de Leizen. Il se tût, réfléchissant en passant ses mains dans sa chevelure orangée.

    "J'ai servis." Dit Delvin, d'une voix tremblante.

    "Et tu es ici, emprisonné. Tu vas sûrement mourir comme nous trois. Personne n'a vu le coup venir, j'imagine. Vous serez sûrement décapités quand Scarlets aura finit de s'amuser avec ses putains et qu'il sera en manque de divertissement." Rétorqua Leizen d'une voix claire.

    Delvin repris la parole, son ton de voix un peu plus sûr mais toujours aussi faible, à son imagine en soit. "Pourquoi tu es ici, toi?"

    "Parce que j'ai perdu mon pouvoir, et qu-.." Commença Leizen avant de se faire interrompre brutalement par un autre.

    "...Tout comme moi. Tout comme tout le monde ici, la différence est l'échelle de ce pouvoir. Nous sommes tous les quatre d'une noble lignée." Sortit enfin Svend, mettant fin à ses jours de silence.

    "...Et que j'ai planifié de le reprendre." Finit Leizen.

    Auguste se releva, hurlant presque ses mots en manquant de réveiller le gardien, frappant sur le mur de ses poings boudinés. "Et tu n'as pas réussit, alors tu vas mourir comme nous, Ryne !"

    Leizen resta silencieux de nombreux secondes avant de reprendre de sa voix claire et distincte. "Pas vraiment, je ne l'ai pas vraiment acquis avant. J'ai beaucoup bluffé, par contre... Je n'ai pas échoué. Je gagne en pouvoir, sache le Crest. Je ne compte pas mourir ici comme un vulgaire prisonnier de guerre."

    Svend soupira en agitant ses chaines pour ensuite prendre la parole. "Explique moi donc où est ta salle dérobée, ton arme cachée, ton complice mystère ou les clefs de ta cellule? Pauvre idiot, tu vas mourir comme nous."

    Delvin restait au fond de sa cellule, recroquevillé en rongeant sa chope de bois. Il se balançait en avant, puis en arrière en suppliant une meilleure fin ou un peu de vin.

    Auguste, agacé par ses compagnons éleva la voix. "Il y en a ras-le-bol ! Je veux crever ici plutôt que de servir de spectacle pour de pauvres gueux !" L'instant d'après, Crest balança sa chope dans la figure du geôlier.

    Ce dernier ne broncha pas, alors Crest hurla. Il hurla tellement fort que Delvin s'y mis à son tour. L'homme, assied sur sa chaise, ne bougea pas. En réalité, il ne ronflait plus depuis quelques minutes. Après une bonne demie-heure de ravage vocal, les deux aristocrates se stoppèrent pour s'asseoir un moment.

    "Il est mort. Il a été empoisonné par de la Luisaille, hurlez tant que vous voulez." Cria Leizen.

    Svend se releva, ses chaines le faisait comprendre. "Comment ça, il est mort? Et par qui?"

    "Saigneur, sache que je suis Leizen Ryne et que je suis la personne qu'il faut avoir à sa droite dans toutes les circonstances possibles. Je peux tous vous faire sortir de là mais il va me falloir une promesse de votre part, à tous."


    _________________
    "L'amour est une faiblesse." - Devise Sulfurie

      La date/heure actuelle est Mar 24 Avr - 4:54