Forum officiel de la guilde roleplay Héritage de Perenolde - Kirin Tor EU


    L'héritage de toute une lignée (Partie 1)

    Partagez
    avatar
    Delvin Sulfurie
    Admin

    Messages : 570
    Date d'inscription : 18/06/2014
    Age : 21
    Localisation : Nouvelle-Powbury

    L'héritage de toute une lignée (Partie 1)

    Message par Delvin Sulfurie le Dim 7 Juin - 17:36

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    Thème musical:

    Leizen se tenait devant le feu de cheminée, assied confortablement dans son fauteuil qui avait sûrement couté la vie de nombreux paysans, il tenait dans sa main droite une plume et de sa main gauche un long parchemin vierge.

    Il méditait en fixant les flammes crépiter, sa main droite tremblant, ses pensées dirigées vers son défunt frère dont il avait, indirectement, participé à la mort. Hans Ryne, celui qui devait être le chef de l'Affliction Pourpre, celui pour lequel Leizen avait tant de projets et qu'il se serait servit dans les moments opportuns.
    Quand le souffle de l'explosif emporta le corps de son frère, le futur si préparé du cadet Ryne venait de s'écrouler. Il n'était plus qu'un homme aisé, dans le Syndicat, devant son feu.

    "Je vais perdre la main." Se dit-il, lui qui avait toujours un tour d'avance sur ses adversaires, lui qui était maintenant sur l'arrêt. Il ne pouvait se faire à l'idée. Nuit et jour, il élaborait divers plans pour reprendre le contrôle de ce qu'il convoitait tant : le pouvoir. Mais nulle idée ne lui vint jusqu'à ce soir, en plongeant son regard dans les flammes.

    Il saisit son encrier et se mît à écrire des heures durant. L'heure du dîner sonna, sa servante et maîtresse ne put violer le sérieux de l'intendant de Powbury. On entendait que les flammes crépiter et la plume qui accroche le papier dans toute la demeure Ryne.

    A la nuit tombée, les parchemins s'entassaient. Leizen était debout, le cigare à la bouche et le sourire aux lèvres. Il venait de terminer son oeuvre, pas moins de six parchemins remplis de sa fine écriture noire.
    Il sortit alors dehors pour prendre l'air nocturne.

    Désormais, il n'y avait plus personne pour garder sa demeure, l'Affliction Nocturne n'était pas présente dans la ville de Powbury pendant la grande invasion sur les terres de l'ouest. Seuls les miliciens gardaient en otage les habitants...Eux et les prêcheurs de la Flamme Éternelle, ils venaient de revenir il y a quelques heures car ils précédaient les forces du Baron.

    Leizen se hâta de rejoindre la caserne de la milice pour y déposer ses précieux parchemins. Pas moins d'une minute plus tard, l'appel au ralliement fut sonné. En pleine nuit, les habitants avaient pour ordre de sortir de leurs masures, seuls exceptés : les vieillards et les handicapés. La milice se réunissait lentement, trop lentement au gout de Leizen mais après un bon quart d'heure ils étaient là : ses magnifiques pantins crédules.

    Les ordres écrits furent appliqués à la lettre sous la bonne garde de Leizen, les prêcheurs de la Flamme Éternelle, pour une grande partie, furent trainés au sol, enchainés, battus et dépouillés avant de rejoindre les cachots de la milice.

    Le second ordre de l'intendant fut tout aussi clair, la potence devait être terminée avant le début de la matinée et de ce fait les habitants furent obligés de mettre la main à la pâte.

    Le troisième ordre, enfin, établit que la Flamme Éternelle n'existait plus et n'était qu'un courant hérétique de la seule et unique pensée possible : La Flamme d'Alterac.
    Nouveau courant réformée avec son propre livre "saint" du nom de Jade, qui n'avait pour but que de contrôler les foules.
    De par ce geste, l'officieux lien avec la Veille d'Argus fut rompu, les quelques prêcheurs encore en vie se devait alors d'apprendre aux nouveaux les savoirs des anciens.


    _________________
    "L'amour est une faiblesse." - Devise Sulfurie

      La date/heure actuelle est Ven 20 Juil - 14:21